Bertrand-Hiegel2

Né à Sarreguemines en 1969, Bertrand Hiegel est issu d’une famille d’agriculteurs attachée au terroir lorrain depuis des siècles.

Le Platt (ou Déitsch) est sa langue maternelle et se plait à dire que le français est sa première langue étrangère, ce qui était le cas pour la plupart de ses camarades de classe.

Comme beaucoup de locuteurs, ce n’est qu’assez tard qu’il se rend compte que cette langue régionale est menacée. La transmission familiale est en recul depuis des décennies. Alors qu’autrefois des classes d’âge  entières le parlaient  dans le Nord de la Moselle, il est rare actuellement de l’entendre dans les cours d’école de la « Lorraine Thioise » c’est-à-dire germanophone.

Mais il n’y a pas de fatalité : cette tendance peut-être inversée car selon lui, il en va de l’intérêt même de la Lorraine de rester une région bilingue ou multilingue.

Après des études d’histoire à l’Université de Strasbourg et une expérience en librairie, Bertrand Hiegel rejoint la Bibliothèque Départementale de la Moselle (actuellement Division de la Lecture Publique et des Bibliothèques) sur les sites de Sarralbe puis de Bitche. Il se spécialise sur le fonds régional et patrimonial en tant qu’Assistant de Conservation du patrimoine.

Depuis 2010, il a rejoint le secteur Francique et langues de la médiathèque communautaire de Sarreguemines. Ce qui l’intéresse plus particulièrement dans ce métier est de rendre disponible pour le public de nombreux  documents anciens, parfois oubliés. En effet, le francique est une langue plus ancienne que le français ou l’allemand standard (Hochdeutsch) avec un riche patrimoine. Par l’exemple, l’abbé Louis Pinck avait collecté des milliers de chansons populaires dont certaines ont leur origine au moyen-âge. Son travail de sauvegarde des années 1920-30 à permis de rassembler la plus importante collection de chansons anciennes d’Europe.

Pour Bertrand Hiegel, le Platt ou francique doit se tenir sur ses deux jambes : l’une correspond à son patrimoine historique et culturel. L’autre correspond à son actualité,  au fait que la langue régionale est parlée dans un vaste espace européen qui comprend une partie de l’Alsace et de la Lorraine mais surtout le Luxembourg, La région d’Arlon en Belgique, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, c’est-à-dire plusieurs millions de locuteurs dans cette région transfrontalière. C’est donc un aspect important de la « Grande Région ». Le bilinguisme ou multilinguisme régional en Alsace et en Moselle est un facteur qui favorise l’emploi dans le cadre européen, à l’inverse, ne pas parler allemand diminue les chances d’être recruté dans les pays limitrophes.

Dans la démarche d’ouverture de la médiathèque de Sarreguemines, les autres langues sont également représentées et mis à disposition du public sous forme de livres, CDs, DVDs, méthodes d’apprentissage, cabines de langues. Elles servent à promouvoir, à former aux langues vivantes,  à destination des enfants, des crèches, des classes  mais aussi des adultes pour de l’autoformation ou les loisirs. Les méthodes d’apprentissage de français notamment se révèlent utiles pour les personnes d’origine étrangère et sont un véritable atout de cette médiathèque. Un cadre qui est  entièrement en cohérence avec les missions de Bertrand Hiegel et de sa collègue Suzanne Bichler.

PS : Le secteur francique-langues tient ses réunions de travail en Platt…